Le Choix d’Horace

HL avec Horace
Devant un olivier centenaire, avec le tout premier exemplaire pour les corrections 🙂

 

J’ai écrit cette courte histoire comme une préquelle à « Filigranes », le premier tome de la série « Lysandre Chalkhill ». Le mot « préquelle » n’existe pas dans la langue française, mais j’aime l’utiliser en traduction du terme anglo-saxon « prequel », qui désigne une histoire écrite après la série principale, mais qui se déroule chronologiquement avant celle-ci.

« Le choix d’Horace » se déroule ainsi deux années avant le roman « Filigranes », avec comme personnage principal Horace, l’un des personnages secondaires du roman. C’est une longue nouvelle ou un très court roman, au choix ! Là encore j’aime parler de « novella », comme les anglo-saxons.

Les thèmes de la série Lysandre Chalkhill sont très mixés : un contexte de science-fiction (nous sommes dans les années 2100), un monde uchronique (l’histoire a été réécrite, les humains partagent désormais leur vie avec des Intelligences Artificielles Biologiques), une ambiance vintage années 50 (la créativité humaine ayant été annihilée, plus rien de neuf n’a été inventé depuis 1961), avec une mentalité toutefois bien différente.

 

cropped-couv-horace-premic3a8re-de-couverture.png

Horace aura vingt-et-un ans dans quelques jours. Enfin majeur, il va pouvoir quitter l’orphelinat de Fougères où il a vécu depuis sa naissance, en compagnie d’autres enfants métis, soumis comme lui à la charité des Résidents.

Les Résidents, ces Intelligences Artificielles qui partagent le quotidien des humains depuis le soulèvement de 1951, soit depuis plus d’un siècle et demi, assurent l’entretien et l’éducation de ces enfants nés d’unions illicites en échange de la réquisition régulière de leurs corps, seul moyen pour eux d’accéder à une forme vivante.

 Horace est né de parents de deux races différentes et son physique inhabituel, mi félide mi nocto, le condamne au statut de basse caste. Et s’il va enfin échapper aux mains des Résidents en gagnant sa majorité, il devra également trouver moyen d’assurer sa subsistance dans ce monde qui réprouve sa naissance et son existence même…