It’s about love – Steven Camden

J’ai adoré ce roman, pour ses qualités d’authenticité, de clairvoyance et de profonde sensibilité. Ne vous attendez pas à une love story déchirée-sucrée. Comme dans « Aristote et Dante découvrent les mystères de l’univers » de Benjamin Alire Sáenz, c’est bien plus une histoire d’amours – au pluriel – que d’amour.

this is about love1

Je l’ai lu dans sa version originale, en anglais, pendant que ma fille lisait ce beau format papier proposé par les éditions Fleurus pour la version française (titre non traduit). Nos avis ont concordé, ce qui est de bonne augure pour une lecture young adult !

Le premier point positif, à mes yeux, est qu’il est écrit par un homme ; en young adult ce n’est pas si fréquent et j’ai trouvé très riche et authentique le ton du narrateur, un jeune garçon de bientôt dix-sept ans.

Le deuxième est que l’auteur est anglais. Si j’ai adoré de nombreux auteurs et auteures américain(e)s, j’apprécie lire des textes écrits par des Européens, des Australiens, de tout autre pays ! L’ Angleterre en particulier, nous est proche.

Comme souvent avec un roman Young Adult, le complimenter commence par expliquer ce qu’il n’est pas.

Ce roman n’est pas une lecture facile, vite gobée. Ce n’est pas une romance déchirante, avec des histoires d’amours contrariés et superficiels, servis à la sauce triangle amoureux pour relever le tout. Et ce n’est pas bon plus une histoire d’ados « parfaits » s’opposant aux vilains adultes (moi en l’occurrence, j’adore le YA, alors quand je tombe sur ce genre de scénario, je me renfrogne).

 Les thèmes abordés dans ce livre riche de personnalité et d’authenticité sont des thèmes susceptibles de toucher de nombreux lecteurs : les liens familiaux et les mystères qui les entravent, la place des enfants dans la fratrie une fois devenus grands, l’impact d’une peau foncée dans tous les moments de la vie, la difficulté à se fondre dans une école de nantis quand on vient d’un quartier pauvre et enfin et, surtout, une réflexion de qualité sur la violence…

Par ces thèmes, malgré une personnalité très prononcée, ce roman m’a fait penser au très beau roman « Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers » de Benjamin Alire Sáenz, ainsi qu’au bientôt incontournable « The hate U give » de Angie Thomas, qui sera bientôt porté à l’écran et traduit en français chez Nathan.

Le mode narratif est très percutant : le personnage principal est passionné de cinéma, il commence d’ailleurs des études dans cette voie, et toutes ses pensées, ses souvenirs, le regard qu’il promène autour de lui sont présentés comme des bribes de script. Ce n’est pas étrange à lire, mais plutôt envoûtant et passionnant, même si vous n’êtes pas suffisamment cinéphile pour saisir toutes les références.

Un autre point frappant est la puissance émotionnelle du récit. Le jeune garcon de bientôt dix-sept ans est brillant et hyper sensible. Mais c’est également un adolescent tourmenté, qui doute de tout et en particulier de lui-même. Le contraste entre la finesse de son jugement et le tumulte émotionnel qui l’habite en permanence d’une part, et son comportement et ses prises de parole d’autre part, ceux d’un ado bougon et susceptible, volcanique même, est fascinant. Une lecture éclairante pour bien des parents dotés d’enfants de ce genre, d’une intelligence brillante mais douloureuse !

Un roman bien construit, qui nous révèle le passé touche par touche, sans frustration, et une histoire positive malgré la tonalité grave et réaliste du récit.

Ma fille de 15 ans l’a lu et beaucoup aimé 🙂

Aux Éditions Fleurus, paru le 8 septembre 2017

400 pages – 16,90 € pour le format papier

(format numérique non disponible, attention celui proposé actuellement sur le site Amazon est la version anglaise, tout comme l’édition brochée à 9€)

 

5 réflexions sur “It’s about love – Steven Camden

    1. helenelouisechimere

      Tss tss, il faut bien lire madame ! Y
      compris l’intro ! 😄 Le livre est bien en français malgré le titre non traduit. La version papier anglaise est rouge. Je signalait une erreur d’Amazon qui a mélangé la VO et la VF. Il n’y a pas de VF numérique.

      J'aime

    2. helenelouisechimere

      J’ai modifié pour que ce soit plus clair, c’est vrai que le titre prête à confusion si on ne s’attarde pas sur les petits blurbs en français ajoutés sur la couverture 🙂

      J'aime

Répondre à helenelouisechimere Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s